LE QUÉBEC ET LA FRANCOPHONIE

Au cœur d’un Québec qui connaissait alors un réveil spirituel, SEMBEQ est né, dans les années 1970, du besoin criant de former des ouvriers pour prendre soin des nombreuses Églises naissantes. Afin de ne pas déraciner ces ouvriers de leur milieu en les envoyant étudier ailleurs, on a plutôt opté pour une formation au sein même de leurs communautés. Ainsi, la croyance, validée par l’observation, que l’Église est le meilleur contexte et le meilleur moyen pour former un chrétien selon ses dons, s’est donc perpétuée pour devenir la vocation du séminaire.

Jusqu’à ce jour, SEMBEQ œuvre auprès des Églises francophones de l’AEBEQ, au sein d’une province particulière dans son pays.

 

  • Le Québec est la seule province canadienne à avoir le français comme seule langue officielle.
  • On le dépeint comme étant une nation au sein d’un pays.
  • 80 % de la production mondiale du sirop d’érable provient du Canada, mais le Québec, à lui seul, en fournit 75 % !
  • Les frites combinées à du fromage en grain, couvertes de sauce brune, nous donne la Poutine : pour ainsi dire le mets national québécois.
  • Plusieurs artistes humoristes proviennent du Québec et son festival Juste pour rire est reconnu mondialement.


TOUTEFOIS, IL EST TRISTE DE CONSTATER QU’AU QUÉBEC :

Toutefois, il est triste de constater qu’au Québec :

  • Nous comptons un des taux de suicide les plus élevés au Canada
  • L’avortement est socialement approuvé et financé à même les fonds publics
  • L’unité familiale traditionnelle est presque inexistante
  • Le nombre de divorces diminue seulement parce que très peu de personnes se marient encore (mais il reste tout de même élevé).

En effet, ces problématiques se retrouvent toutes à l’échelle mondiale,
mais les Québécois, en plus, n’ont aucun lieu de refuge :

  • Moins d’un pour cent de la population affirmerait que Jésus-Christ est son Seigneur et Sauveur
  • Les Québécois constituent le peuple ayant le plus faible témoignage évangélique dans toutes les Amériques.
  • Il y a une seule Église pour chaque tranche de 106 000 personnes.
  • En se limitant uniquement à la région de Montréal, il faudrait implanter encore 50 nouvelles Églises pour compter une Église par tranche de 300 000 de population.

 

Voilà le contexte dans lequel Dieu nous appelle à servir et c’est un privilège d’équiper l’Église pour qu’elle aime son prochain et fasse des disciples, ici et dans toute la francophonie.

Pourriez-vous considérer de prier pour le Québec? Pourriez-vous considérer de soutenir des Églises locales et des ministères qui brillent pour l’Évangile dans des communautés qui en ont désespérément besoin? De quelle manière pourrions-nous servir ensemble dans ce champ missionnaire?